Historique


Nous sommes en 1939 à Elisabethville, aujourd'hui rebaptisé Lubumbashi. Les missionnaires bénédictins qui dirigent l'Institut Saint-Boniface décident de mettre sur pied une équipe de football dans laquelle évolueront ceux de leurs élèves qui consacrent le plus clair de leurs loisirs au scoutisme.


Cette équipe, ses promoteurs la baptisent FC Saint-Georges (Patron des Scouts) et l'affilient directement en première division à la Fédération Royale des Associations Sportives Indigènes (FRASI), où elle occupe, à la fin de la saison 1939, la troisième place derrière les clubs Léopold et Prince-Charles, actuellement FC Vijana Katuba et Lubumbashi-Sports.

En 1944, les jeunes scouts deviennent routiers et le FC St Georges est rebaptisé Saint Paul F.C. Quelques années plus tard, l'incorporation de certains éléments étrangers à l'Institut amènera les missionnaires à abandonner la gestion de l'équipe qui prendra la dénomination de F.C. ENGLEBERT, une marque de pneumatiques, sponsor du club.

A l'issue de cette saison sportive, l'équipe termine première et sans défaite. Pour immortaliser ce premier exploit, les dirigeants décidèrent alors d'ajouter le qualificatif de " TOUT PUISSANT" à ENGLEBERT. Après l'indépendance du Congo, le 30 juin 1960, ENGLEBERT se restructure en 1966, renouvelle son effectif et réalise le triplé (Championnat national, Coupe du Katanga et Coupe du Congo).

De 1967 à 1970 : 2 succès sur 4 finales africaines des Champions

En 1967 et 1968, il gagne ses deux coupes africaines des clubs champions. C’est la glorieuse période de Tout Puissant Englebert Mazembe. L'équipe sera finaliste quatre fois successivement en Coupe des clubs champions (1967, 1968, 1969 et 1970).

A ce jour, le TP Mazembe est la seule équipe africaine à avoir défendu son titre en finale. Après avoir raté de remporter définitivement le trophée NKWAME N'KRUMAH, le TP ENGLEBERT sombrera dans l’anonymat et connaîtra une véritable traversée du désert.

TP Mazembe en 1980

Le 7 décembre 1980, il renoue avec la gloire en remportant la 6ème Coupe des coupes. Après 18 années d'absence, il revient sur la scène africaine grâce à un homme de 38 ans, Moise KATUMBI CHAPWE, son actuel président.

39 ans après, une nouvelle page d'histoire est écrite chez les Corbeaux. L'équipe perd injustement le titre urbain, gagne le championnat provincial et surtout la Ligue Nationale de Football, pour sa14ème édition. Pour compenser ces mérites, la 4ème couronne continentale est arrachée en Ligue des champions de la CAF le 7 Novembre 2009 au stade omnisports de la Kenya face aux Nigérians du Heartland FC. Après avoir perdu 2-1 à Owerri lors du match aller, l'essentiel est fait à Lubumbashi lors du retour : 1-0 en faveur des Corbeaux. Un titre continental qui leur ouvre les portes de la Coupe du monde des clubs de la FIFA, Abou Dhabi 2009. 

Aux Emirats Arabes Unis, le représentant africain termine 6ème de cette compétition remportée par le FC Barcelone. Mazembe est ainsi devenu le premier club subsaharien à participer à ce challenge mondial.

L’histoire étant toujours aussi têtue, les Corbeaux reviennent comme en 1967 et 1968 sur le podium africain en réussissant un parcours remarquable en ligue des champions de la CAF pour la saison 2010. Après un début timide en 16ème de finale, le tenant du titre connaîtra par la suite un drôle d’épisode avec les suspensions par la FIFA, pour une année, de Guy LUSADISU et Trésor MPUTU, l’homme à tout faire dans le dispositif de jeu des « noir et blanc ». Dès lors, l’incertitude envahira les millions des fans qui ne croiront qu’à une difficile fin de règne. « Pas question d’abdiquer » leur réplique le chairman Moïse KATUMBI, motivation très bien accueillis par les Baliangwenas qui, malgré cette tempête, suivront le numéro un du club dans sa marche en avant.



Petit à petit, l’équipe avance grâce à des joueurs conscients et décidés à offrir à leur président quelque chose de grand : le sacre. Diego GARZITTO parti, arrive le coach Lamine NDIAYE un tacticien franco-sénégalais ambitieux, placé à la tête du staff technique. Sous sa direction, le TP Mazembe stabilise sa défense et développe un esprit collectif en acier trempé. D’ores et déjà, les sportifs avertis voient le club de Lubumbashi conserver le trophée…C’est au Maghreb que l’équipe ira prouver son invincibilité en battant d’abord, en demi-finale, les Algériens de la Jeunesse Sportive de Kabylie : 3-1 à Lubumbashi et 0 but partout à Tizi-Ouzou.

L’Espérance de Tunis réduite au désespoir…

Mazembe affrontera en finale l’Espérance Sportive de Tunis, cette équipe redoutable qui avait humilié les Corbeaux lors de la phase de groupes à Tunis 3-0. Un échec cuisant qui précipita le départ de GARZITTO.

Pour la manche aller, le 31 octobre au stade omnisports de la Kenya de Lubumbashi archicomble, les Corbeaux rendent la monnaie de la pièce à l’Espérance Sportive de Tunis : 5 buts à 0, score sans appel. Il n’y aura pas de miracle tunisien au stade de Radès, le 13 novembre, où le TP Mazembe maintiendra le cap, bien que les locaux réussissent l’ouverture du score. Le jeune Déo KANDA, entré en cours de jeu, égalise en 2ème période. Mazembe réalise le doublé tant espéré par ses farouches supporters.

1967, 1968, 2009 et 2010 : le TP Mazembe domine l’Afrique et retourne à Abu Dhabi au Mondial des clubs de la FIFA. Avec quatre étoiles dorées sur sa vareuse. Il remportera aussi la Super Coupe d’Afrique face au Stade Malien (2-0) sur des buts de ses Zambiens STOPILA et SINGULUMA.

Premier club africain finaliste du Mondial des clubs

Pour sa seconde participation consécutive au sommet mondial des clubs, le club du Katanga va étonner la planète football. En quart de finale, il renvoie à leurs études les Mexicains du PACHUCA FC (1-0) grâce à un but du récidiviste Hugues BEDI, servi à la perfection par Patou KABANGU.

Demi-finale contre Porto Alegre

Mais Lamine NDIAYE, gonflé à bloc par la foi inébranlable du président KATUMBI, décomplexe ses joueurs et les persuade qu’IMPOSSIBLE N’EST PAS MAZEMBE. En demi-finale, après avoir longtemps résisté aux Brésiliens de l’Internacional de Porto Alegre grâce en particulier à un KIDIABA diabolique, les Corbeaux réalisent un formidable exploit sur deux buts de Patou KABANGU et Alain KALUYITUKA DIOKO (2-0). Pour la première fois dans l’histoire de ce Mondial des clubs, le représentant africain est en finale !

En toute logique, l’Inter de Milan d’ETO’O remportera ce trophée 2010. Mais au soir du 18 décembre à Abu Dhabi, c’est l’équipe congolaise du TP Mazembe qui aura soulevé l’étonnement et l’admiration de tous.

Fin janvier 2011, les Corbeaux s’adjugent leur deuxième doublé Coupe d’Afrique / Super Coupe en battant les Marocains du FUS de Rabat (0-0 et 9-8 aux penalties).

Le Congo tout entier peut être fier de ses Corbeaux ! 

2011 : BESALA accusé, les Corbeaux disqualifiés ...

Depuis 2009, tout a souri aux Corbeaux : deux titres d’affilée de la Ligue des Champions et une place en finale du Mundial des Clubs 2010 : Moïse KATUMBI et ses troupes visent alors un troisième trophée continental en 2010. En 16e de finale, le TPM survole Simba Sports, club de la Tanzanie 6-3 (3-1, puis 2-3). Au match aller, l'arrière Janvier BESALA  qui a quitténormalement l’Espérance Sportive de Tunis pour son club formateur du Daring de VIRUNGA après des négociations réglementaires avec le TP Mazembe est alignéune mi-temps...

Qualifiépour les 8esde finale, les Corbeaux sont sur la voie des Maghrébins du WYDAD Atletic Club de Casablanca qu’ils domptent 2-1.  Battus 1-0 àCasablanca, Patou KABANGU et Cheibane TRAORE prennent leur revanche àdomicile, et les Corbeaux sont en quarts !

Une place que jalouse l’Espérance écrasée par les Katangais en finale 2010 : 6-1. Aux portes du tirage au sort de la phase des groupes, une plainte contre Mazembe est déposée àla CAF par l’Espérance revendiquant la propriétéde Janvier BESALA. Sans préalablement avoir minutieusement étudiéle dossier, la CAF disqualifie les Corbeaux ! Coup de tonnerre, le champion en titre quitte la compétition par une décision prise àla va-vite dans un bureau du siège de la CAF en Egypte.

Un véritable complot oui, mais le chairman Moïse KATUMBI ne désarme pas, il emploie toutes les voies légales. Psychologiquement affectés, les Corbeaux ne lâchent rien au pays : ils gagnent le championnat urbain et leur sixième titre de la Linafoot. Mérite qui qualifie l’équipe pour la Ligue des Champions de la CAF 2012.

2011, c'est aussi cette année-là que Moïse KATUMBI a doté son club d’un aéronef MD 83 140 places et d'un Dornier qui emmèneront le TPM dans les villes congolaises et africaines pour certains de ses matches à l’extérieur.

2012 : tout près de la finale, mais...

L'année 2012 enrichira encore le palmarès du TPM demi-finaliste de la Ligue des champions. Mais pas comme les insatiables fanatiques en rêvaient...C'est donc davantage l'évolution gigantesque des infrastructures que l'on inscrira en lettres d'or dans le livre d'histoire. En disputant ses premiers matches dans la nouvelle arène de Kamalondo, le TP Mazembe est entré dans la catégorie des clubs africains les plus avancés sur le plan des installations (lire la rubrique STADE pour plus de détails)

Lorsqu'ils livrent leur premier match continental sur ce splendida gazon artificiel, le 22 juillet contre les Ghanéens de Berekum Chelsea, les Corbeaux flambent en 1ère mi-temps puis s'éteignent en deuxième (2-2). Ce demi-échec les condamne à la 2ème place du groupe ce qui les contraint à affronter l'Espérance de Tunis en demi-finales.

Le rêve d'une nouvelle finale prendra fin à Tunis lorsque le TPM s'inclinera 0-1 sur un but contestable (faute sur KIDIABA) mais c'est l'inefficacité offensive du match aller (0-0) qui aura pesé lourd... La victoire finale des Egyptiens d'Al Ahly laissera un goût amer aux supporters mazembiens car les Corbeaux avaient traité d'égal à égal avec les Pharaons.

L'année s'achèvera par un nouveau titre de champion du Congo officialisé le 28 novembre par la FECOFA. Elle aura valu au club de nombreuses satisfactions en tous genres :

- L'installation par la FIFA de Moïse KATUMBI parmi les stratèges du foot mondial en le nommant membre de la Commission Stratégique de la FIFA ;

- L'ouverture de la Katumbi Football Académie, centre de formation du club qui doit produire les futurs professionnels du club ;

- La performance de Trésor MPUTU qui a marqué ses 40ème et 41ème buts en Coupe d’Afrique interclubs (Ligue des Champions, Coupe de la CAF et Super Coupe de la CAF), l’attaquant du TPM améliorant ainsi son propre record devant l’Egyptien Mahmoud Al KHATIB, 37 buts ;

- Le mise en place d'une version anglaise sur le site officiel qui termine l'année avec 28 000 fans sur Facebook.

 

Le 12 octobre 2013, le TPM accueille à Kamalondo le FC MK, vainqueur de la Coupe du Congo. Au terme d'un véritable festival offensif, les Corbeaux s'imposent par 7 buts (ADJEI 2, ULIMWENGU, AWAKO, BOATENG, NDONGA et SAMATTA) à zéro et s'adjugent ainsi la Super Coupe du Congo 2013, trophée brandi par le capitaine du jour Mbwana Aly SAMATTA.